(#11)

écrit collectif aléatoire

Jeudi 27 novembre 2014
Comme une radio #11
Durée : 00:17:17

Prenez un dé et quelques livres, puis remettez-vous-en au sort qui vous indiquera avec quels mots et sur quelles pages vous pourrez écrire, tour à tour et patiemment, les bouts d’une fable ou d’une histoire. C’est un jeu, bien sûr, hérité des surréalistes, et qui permet de faire lever les mots pour donner du sens à une parabole.

« Philosophique (s)
ou pas (les) textes
sont la vie (.) Louis XIV
laissait à raconter
par (la) mort
(son) destin (.)
Épique (:) ah bon (,)
l’Iliade appelle
un constat(.) Refoulé (,)
un mot (:) luxe
et perdition(,) notes
(et) poème (s) récités
qui chantent étaient
connus de tous (.)
Mépriser (l’) insensible (,)
quel prochain savoir (!) »

(Avec les ouvrages suivants : Platon par lui-même, traduction Louis Guillermit, GF - Flammarion, 1995 Pascal Pensées, Louis Lafuma, Garnier - Flammarion,1973 L’Iliade, d’Homère traduction de Eugène Lassère, GF-Flammarion 1965)